admettre


admettre

admettre [ admɛtr ] v. tr. <conjug. : 56>
XVe; amettre XIIIe, sens div. en a. fr.; lat. admittere
1Accepter de recevoir (qqn). accueillir, agréer. Admettre qqn à sa table. Être admis à un examen. « Jusqu'à ce qu'il eût été admis à l'Académie » (Sainte-Beuve) . Les chiens ne sont pas admis. Admettre qqn à siéger, lui en reconnaître le droit. ⇒ autoriser. Admis à faire valoir ses droits à la retraite.
2Considérer comme acceptable par l'esprit (par un jugement de réalité ou de valeur). « Il admettra ou rejettera certains faits » (Valéry). C'est une chose communément admise. « Tous les peuples primitifs ont admis que le fou est habité par un démon » (Maurois). (Avec l'indic.) J'admets que j'ai eu tort. accorder, reconnaître.
Accepter à titre de simple hypothèse qu'on retient provisoirement. supposer. Admettre une chose comme vraie, possible. (Avec le subj.) « En admettant que cela soit vrai en gros » (Maurois). Admettons que : en supposant que. Admettons qu'il ait raison. Admettons ! (cf. Je veux bien).
3(Surtout en phrase négative) Accepter, permettre. Il n'admet pas la contradiction. tolérer. (Avec le subj.) Je n'admets pas qu'il vienne sans prévenir. « Il n'admettait point qu'elle osât le soupçonner » (Maupassant).
(Sujet chose) Autoriser, permettre. souffrir. D'un ton qui n'admettait pas de réplique. Cette règle n'admet aucune exception. comporter.
4Déclarer recevable en justice. La chambre a admis le pourvoi.
5(XIXe) Laisser entrer. « D'inextricables ruelles qui ne peuvent admettre de voitures » (Gautier). Les gaz sont admis dans le cylindre.
⊗ CONTR. Exclure, rejeter. ⊗ HOM. Admirent :admire (admirer).

admettre verbe transitif (latin admittere) Laisser à quelqu'un, à un animal le passage ou l'entrée quelque part : Le public n'est pas admis dans la salle de répétition. Recevoir quelqu'un quelque part, l'y installer, l'y mettre : Malade qui se fait admettre à l'hôpital. Accueillir, agréer quelqu'un comme membre d'un groupe. Déclarer qu'un candidat a satisfait aux épreuves d'un examen, qu'il est apte à entrer dans une école, une classe, à occuper tel ou tel poste, etc. : On l'a admis à l'oral d'un concours. Pouvoir contenir des choses, des gens : Salle qui n'admet pas plus de trois cents personnes. Concéder quelque chose à quelqu'un, l'accepter : J'admets que vous avez raison. Reconnaître que quelque chose est vrai, exact, fondé : J'admets que je me suis trompé. En parlant de quelqu'un, supporter, tolérer quelque chose ; en parlant de quelque chose, permettre, pouvoir, donner lieu à : Ton qui n'admet pas la moindre réplique. Il n'admettra jamais d'être ainsi traité.admettre (difficultés) verbe transitif (latin admittere) Conjugaison Comme mettre. Construction et emploi 1. Admettre que. Dans le sens de « reconnaître pour vrai », admettre que se construit avec l'indicatif s'il n'y a pas de négation : j'admets que vous avez raison ; il faut admettre que ces enfants sont bruyants. Avec une négation, admettre que se construit avec le subjonctif : il n'admet pas que vous ayez raison. Dans le sens de « supposer » ou de « accepter, tolérer », admettre que se construit avec le subjonctif : admettons que vous ayez raison ; il faut admettre que des enfants soient bruyants. 2. Admettre dans / admettre à. Admettre dans quand le complément est le nom d'un lieu ou de qqch qui peut être conçu comme un lieu : aucun spectateur ne sera admis dans la salle après le début du spectacle ; admettre qqn dans un milieu, une société, un groupe. Admettre à quand le complément désigne qqch qui ne peut pas être conçu comme un lieu : admettre qqn aux honneurs, aux plus hautes fonctions ; admettre au nombre des élus. - La distinction entre admettre dans et admettre à n'est pas toujours facile à établir, et bien souvent c'est l'usage seul qui décide de la préposition à employer. 3. Admettre parmi. Cette construction implique une idée de nombre : nous l'avons admis parmi les membres du comité ; quand l'avez-vous admis parmi vous ? Admettre entre. N'est guère usité qu'avec tous : il a été admis entre tous. 4. Admettre à (+ infinitif) : le président l'a admis à siéger à ses côtés ; le général Martin a été admis à faire valoir ses droits à la retraite. ● admettre (expressions) verbe transitif (latin admittere) Admettons !, se dit lorsqu'on consent à tenir pour vrai, acceptable ce qui est dit, proposé. En admettant que, en supposant que. ● admettre (homonymes) verbe transitif (latin admittere)admettre (synonymes) verbe transitif (latin admittere) Laisser à quelqu'un, à un animal le passage ou l'entrée...
Contraires :
Accueillir, agréer quelqu'un comme membre d'un groupe.
Synonymes :
- agréer
Contraires :
- éconduire
Déclarer qu'un candidat a satisfait aux épreuves d'un examen, qu'il...
Contraires :
- éliminer
- recaler (familier)
Concéder quelque chose à quelqu'un, l'accepter
Synonymes :
- reconnaître
Contraires :
Reconnaître que quelque chose est vrai, exact, fondé
Synonymes :
- croire à
- souscrire à
Contraires :
En parlant de quelqu'un, supporter, tolérer quelque chose ; en parlant de...
Synonymes :
- tolérer
En admettant que
Synonymes :

admettre
v. tr.
rI./r Admettre quelqu'un.
d1./d Recevoir après agrément. Admettre qqn dans un club.
d2./d Admettre un candidat à un examen, déclarer qu'il a satisfait aux épreuves constituant cet examen.
d3./d Admettre qqn à, lui permettre de. Admettre qqn à siéger dans une commission.
rII./r Admettre quelque chose.
d1./d Accepter pour valable, pour vrai. J'admets cette hypothèse. Il admet que vous avez de bons arguments.
d2./d Supposer. Admettons que vous gagniez les élections.
d3./d Prendre en considération, donner une suite favorable à (ce qui est demandé). Admettre une requête.
d4./d Permettre, souffrir. Admettre une interprétation, des exceptions.
d5./d Permettre, tenir pour acceptable. Je n'admets pas qu'on agisse ainsi.
d6./d Laisser entrer dans (un lieu, une enceinte close). Admettre l'eau dans un bassin.

⇒ADMETTRE, verbe trans.
Recevoir quelque chose ou accueillir quelqu'un en raison de ses qualités ou de sa qualification (le suj. est un nom de pers. ou de chose).
I.— [Avec une idée d'entrée, au propre ou au fig.]
A.— [Le suj. est une pers.] Admettre qqn. Admettre quelqu'un au rang, au nombre de ses amis, aux Ordres sacrés, à la Sainte Table, à la communion (Ac. 1798-1932). Accueillir quelqu'un (dans un lieu, dans l'intimité d'un groupe), après décision prise selon des critères d'appréciation plus ou moins définis. Anton. refuser.
1. Admettre dans un lieu public :
1. Au moment où la procession allait sortir, une averse a fait rentrer tout le monde dans l'église, et j'ai été fort mouillé avant de pouvoir entrer dans le Louvre. On a ouvert dernièrement les galeries du musée des sculptures modernes, et le public y était admis aujourd'hui. J'y suis entré.
E.-J. DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 232.
2. Admettre dans un groupe dont les membres sont en nombre limité (Académie, Grandes Écoles, etc.) :
2. Or, il avait obtenu de se faire inscrire parmi les concurrents pour l'admission à l'École et à quinze ans, il était admis le premier, sur l'éloge que Carpeaux faisait de son morceau de sculpture.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, déc. 1889, p. 1080.
3. Qu'est-ce que le tiers-état? (à l'Académie par exemple). Rien depuis John Lemoine, qui fut, je crois, le dernier journaliste admis à l'Académie, et dont Brunetière qui le remplaça, fit l'oraison funèbre en déclarant qu'aussi bien était-ce bon pour une fois,...
A. THIBAUDET, Réflexions sur la littérature, 1936, p. 217.
3. Admettre dans une communauté religieuse :
4. Qu'est-ce que c'est que l'homme, Seigneur, pour que tu l'admettes à la connoissance des loix de ta sagesse?
L.-C. DE SAINT-MARTIN, L'Homme de désir, 1790, p. 271.
5. L'exil mettait donc un homme hors de la religion. « Qu'il fuie, disait la sentence, et qu'il n'approche jamais des temples. Que nul citoyen ne lui parle ni ne le reçoive; que nul ne l'admette aux prières ni aux sacrifices; que nul ne lui présente l'eau lustrale. »
N.-D. FUSTEL DE COULANGES, La Cité antique, 1864, pp. 253-254.
6. Par bribes j'appris que, trois ans auparavant, l'abbé Sancerre, clerc minoré, avait été une première fois, et sur avis favorable du chapitre général de l'ordre des chanoines réguliers de Saint-Augustin, à Rome, admis comme postulant au séminaire canonial de F...
A. BILLY, Introïbo, 1939, p. 13.
4. Admettre dans une communauté d'enseignants ou d'enseignés (après décision d'un jury) :
7. Je ne sais si je vous ai dit que j'avais fait la demande au ministère de l'instruction publique du titre de répétiteur ou de maître d'étude qui est exigé pour être admis au concours de l'agrégation.
M. DE GUÉRIN, Correspondance, 1835, p. 214.
Rem. Syntagmes fréq. a) être admis au lycée; dans la classe supérieure; à une Grande École; b) à un examen (certificat, brevet, baccalauréat, licence, etc.) ou à un concours.
Spéc. Être définitivement admis à un examen ou à un concours, après avoir subi avec succès les épreuves qui suivent l'admissibilité (cf. admissibilité).
5. Admettre dans l'intimité d'un cercle privé :
8. Il se chargea comme allié de ma famille, de faire agréer la demande du jeune Orsini, qui voulait m'épouser. Il fut reçu comme le méritait son rang, par votre grand-père, et admis dans notre intimité.
A. DE MUSSET, Comédies et proverbes, Les Caprices de Marianne, 1834, I, 2, p. 240.
9. Une double intrigue, cela rentrait dans la meilleure tradition. Quel pied de nez aux puissances funèbres! Quel gage au frivole! Je me sentais en passe d'être admis dans une chevalerie séculaire, experte en l'art de vivre, dont les prouesses élégantes emplissent la littérature.
J. ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, La Douceur de la vie, 1939, p. 193.
Au fig.
a) DR. Admettre quelqu'un à se justifier, à ses preuves justificatives, à ses faits justificatifs, à faire preuve, à prouver (Ac. 1835-1932). Faire entrer quelqu'un dans la jouissance d'un droit.
b) ADMIN. Admettre quelqu'un à faire valoir ses droits à une pension de retraite (Ac. t. 1 1932).
Rem. Syntagme fréq. : se faire admettre. Réussir à pénétrer dans un groupe fermé :
10. ... car Madame Alicia était scrupuleusement fidèle à l'observance des moindres règles et elle n'y eût pas voulu manquer d'une seconde. « Allons, me disait-elle en m'ouvrant sa porte, que je grattais d'une certaine façon pour me faire admettre, voilà encore mon tourment!
G. SAND, Histoire de ma vie, t. 3, 1855, pp. 151-152.
11. Ceux-ci manœuvrèrent de telle sorte qu'ils parvinrent à se faufiler, à se faire admettre, alors même que le besoin de ne plus les voir commençait à se faire impérieusement sentir.
L. BLOY, La Femme pauvre, 1897, p. 244.
B.— [Le suj. est une chose servant de contenant] Admettre + inanimé concr. ou coll. d'animé. Tolérer l'entrée ou la présence d'une chose dans une autre :
12. Ce poumon est une cavité plus ou moins grande, qui communique au-dehors par un trou étroit, lequel peut s'ouvrir et se fermer au gré de l'animal; et la cavité, se dilatant ou se contractant en même temps, admet l'air ou l'expulse.
G. CUVIER, Leçons d'anatomie comparée, t. 4, 1805, pp. 423-424.
13. Outre les sept pensionnaires internes, Madame Vauquer avait, bon an, mal an, huit étudiants en droit ou en médecine, et deux ou trois habitués qui demeuraient dans le quartier, abonnés tous pour le dîner seulement. La salle contenait à dîner dix-huit personnes et pouvait en admettre une vingtaine;...
H. DE BALZAC, Le Père Goriot, 1835, p. 17.
Au fig. :
14. Il en est de même des ouvrages de Pigalle, comparés à ceux de Bouchardon. Il n'y a qu'une nature pure, svelte, élémentaire, idéale, qui soit suseptible d'admettre et de recevoir la pureté du trait et la perfection du coloris.
J. JOUBERT, Pensées, t. 2, 1824, pp. 17-18.
II.— [Avec une idée de reconnaissance, d'acceptation par l'esprit]
A.— Admettre + nom de chose abstr. Reconnaître la valeur d'une chose.
1. [La valeur est une valeur de vérité] Reconnaître pour vrai ou digne d'adhésion :
15. Il n'est pas plus difficile de croire le tout qu'une partie, et lorsqu'on admet l'incarnation, il n'en coûte pas davantage d'adopter la présence réelle.
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Essai sur les Révolutions, t. 2, 1797, p. 352.
16. David s'aperçut qu'il n'y avait pas moyen de discuter avec son père. Il fallait tout admettre ou tout refuser, il se trouvait entre un non et un oui. Le vieil ours avait compris dans l'inventaire jusqu'aux cordes de l'étendage.
H. DE BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, p. 15.
17. D'où il suit qu'un état d'épreuve devait précéder l'état final de la béatification, et cet état d'épreuve, fondé sur le libre arbitre, renfermait nécessairement la possibilité de croire ou de ne pas croire, d'admettre ou de repousser la vérité, c'est-à-dire la liberté de l'entendement.
H.-D. LACORDAIRE, Conférences de Notre-Dame, 1848, p. 141.
18. Les idées sont bien puissantes par elles-mêmes, mais il y a quelque chose de plus puissant qu'elles; c'est l'esprit qui les admet, qui se les assimile et qui les tourne en sa substance propre.
P. BOURGET, Essais de psychologie contemporaine, 1883, p. 250.
19. Et sans doute fallut-il d'abord que je reconnusse combien mauvaise était une forme de société qui garantit le bonheur de quelques privilégiés par la misère du plus grand nombre, pour m'aviser que nombre de ces notions que j'avais admises et que je tenais pour acceptables, sur lesquelles œuvrait ma pensée, ne s'étaient formées qu'à la faveur de cette inégalité et faisaient elles-mêmes partie d'un système qui me paraissait condamnable.
A. GIDE, Journal, Feuillets, 1937, p. 1280.
2. [La valeur est une valeur d'existence] Reconnaître comme existant (ou comme probable, possible, etc.) :
20. Il ne faut donc pas de crédulité dans les faits entourés de merveilleux; il faut chercher l'explication des phénomènes. Il faut admettre tout comme possible, mais il faut tout vérifier. Le médecin doit accepter tout ce que le peuple dit, non pour le croire, mais pour le vérifier.
C. BERNARD, Principes de médecine expérimentale, 1878, pp. 249-250.
21. — C'est une bonne comédie que de voir tous ces Dreyfusards du surlendemain plaider le secret, le huis clos, et précisément en matière de nomination à une fonction publique; et à une fonction publique aussi importante. Et non pas même le plaider, mais l'établir, mais l'admettre, le trouver, le déclarer tout naturel et tout admis. Établir une connivence universelle.
Ch. PÉGUY, L'Argent, 1913, p. 1277.
22. Il fallait admettre, accepter l'impossible, identifier un Paul inconnu.
Agathe se précipita, s'agenouilla, constata qu'il respirait. Elle entrevit un espoir.
J. COCTEAU, Les Enfants terribles, 1929, p. 179.
3. [La valeur est un dr.] Admettre les raisons, les excuses de quelqu'un, une requête (Ac. 1835-1932). Reconnaître la légitimité de quelque chose :
23. Quand Caïn tuera et se vengera au sextuple, suivant la prophétie de Dieu, Caïn croira tuer et se venger justement, et celui contre qui il sévira éprouvera une sorte de prestige et de fascination, qui lui fera admettre et reconnaître jusqu'à un certain point le droit de Caïn; car lui-même, lui, agresseur de Caïn, n'a pas d'autre droit que Caïn.
P. LEROUX, De l'Humanité, t. 2, 1840, pp. 575-576.
24. La mode fait tout admettre, tout excuser, tout tolérer, tout admirer. Le juge intérieur se tait; on reçoit sa loi de l'opinion courante.
H.-F. AMIEL, Journal intime, 4 janv. 1866, p. 43.
25. La force a non seulement le pouvoir; il est possible qu'elle ait providentiellement une sorte de droit. La société du moins ne reconnaît, ne compte et n'admet que les forces.
H.-F. AMIEL, Journal intime, 21 janv. 1866, p. 87.
26. Enfin, et surtout, le verbe hébraïque que saint Jérôme a rendu par stetit n'admet pas d'autre sens que se tenir debout ou s'arrêter, avec tous les sens figurés, dans la conjugaison où il est employé ici.
J. GREEN, Journal, 1947, p. 83.
[Souvent avec une idée de résignation] Tolérer :
27. Toutefois l'harmonie essentielle au plan général du monde souffre certains écarts, admet certaines exceptions, et parfois même détermine ou présuppose certaines discordances partielles.
A. COURNOT, Essai sur les fondements de nos connaissances, 1851, p. 601.
28. Je finis par comprendre que la seule entente possible restait d'ordre négatif : il y avait ce que nous étions bien forcés d'admettre, fût-ce provisoirement, et ce à quoi nous nous refusions à consentir :le mensonge.
A. GIDE, Ainsi soit-il, 1951, p. 1235.
Spéc., DR. :
29. 1338. L'acte de confirmation ou ratification d'une obligation contre laquelle la loi admet l'action en nullité ou en rescision, n'est valable que lorsqu'on y trouve la substance de cette obligation, la mention du motif de l'action en rescision, et l'intention de réparer le vice sur lequel cette action est fondée.
Code civil, 1804, p. 242.
30. Pour moi, je suis encore dans l'incertitude de ce que je deviendrai. Cela dépendra de savoir si ma requête en cessions de biens sera admise par le tribunal.
LAMENNAIS, Lettres inédites... à la baronne Cottu, 1832, p. 234.
P. ext., PSYCHOL. [En parlant de pers.] S'admettre (l'un l'autre). Reconnaître à quelqu'un le droit à une existence autonome, personnelle :
31. Les jeux communs ont l'avantage d'apprendre aux deux sexes à s'admettre l'un l'autre et à ne pas chercher à jouer chacun le rôle de l'autre. Les détourner l'un de l'autre pour les « préserver », c'est ouvrir la porte à toutes les anomalies, ou du moins retarder, avec la maturation sexuelle normale, l'équilibration définitive du caractère.
E. MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 150.
B.— Admettre que
1. + ind. Accepter l'idée que quelque chose existe, a existé, ou existera :
32. Nous sommes étonnés, parfois, de leurs confidences; de ces cœurs qui, devant nous, s'ouvrent malgré eux; de ces regards sur nos mains comme s'ils attendaient, s'ils espéraient quelque chose. Plusieurs ont même gardé une connaissance vague de la communion des saints; ils ne repoussent pas les prières qu'on leur offre, ils admettent que des épaules innocentes plient sous le fardeau écrasant de leur propre crime; ils comptent obscurément sur ils ne savent quelle réversibilité.
F. MAURIAC, Journal 1, 1934, p. 58.
2. + subj. Formuler l'hypothèse provisoire que quelque chose puisse être :
33. Au lieu d'ammoniaque, on pourrait essayer d'autres genres de réactifs.
J'admets que vous ayez raison... — Comment vous admettez, c'est bien heureux... — Je reconnais que vous avez raison... — Vous reconnaissez, cela m'est égal. — Mais que voulez-vous donc?... Vous ne devez pas hésiter à dire hautement que mon adversaire a tort et que c'est un imbécile.
C. BERNARD, Cahier de notes, 1860, p. 157.
Rem. 1. Admettre se trouve fréquemment en assoc. syntagm. avec des subst. du vocab. intellectuel : existence (A. COURNOT, Essai sur les fondements de nos connaissances, 1851, p. 178); conséquences (L.-G.-A DE BONALD, Législation primitive, t. 1, 1802, p. 285); définition (P. LEROUX, De l'Humanité, t. 1, 1840, p. 152); argument (C. BERNARD, Principes de médecine expérimentale, 1878, p. 110); idée (ex. 18); vérité (ex. 17). Admettre implique une opération intellectuelle par laquelle on réserve son jugement, on ne se prononce pas sur la chose elle-même, mais sur la possibilité d'existence de la chose. Admettre signifie alors accepter, ou recevoir une hypothèse à titre d'instrument intellectuel (en math. et dans les sc. p. ex.) c.-à-d. ,,de principe probable ou approché dont l'usage est plus ou moins complètement justifié par les prévisions ou les applications qu'il rend possibles`` (LAL. 1960). Admettre signifie également reconnaître la vérité, l'exactitude, soit d'une démonstration log., soit d'un principe moral ou relig. On a donc 2 moments de la démarche intellectuelle, admettre signifiant soit le point de départ de la recherche (sans que cela implique vérité ou fausseté du principe admis), soit son aboutissement : reconnaissance d'une vérité d'ordre rationnel ou métaphys. 2. La liaison entre les sens I et II s'explique historiquement par une ell. : de admettre (« faire entrer ») dans un lieu ou dans un groupe (sens I) on passe à admettre (« faire entrer ») dans son esprit, c.-à-d. « reconnaître ». Il n'est pas impensable que cette liaison subsiste dans la profondeur de la lang.; d'où le maintien des 2 sens sous une même entrée.
Prononc. — 1. Forme phon. :[], j'admets []. Enq. :/adme1, D; adme2t/. Conjug. mettre. 2. Dér. et composés : admis, admissibilité, admissible, admissionnal (cf. Ac. 1842), admittance, admittatur (cf. Lar. 3), inadmissibilité, inadmissible, réadmettre, réadmissible, réadmission. Cf. aussi mettre.
Étymol. ET HIST. — 1. 1165 trans. « charger qqn de qqc. (blâme), imputer » (Guill. d'Angl., 2994 ds T.-L. : Ne los ne blasme ne vos met, Et l'un et l'autre vos amet). — 2e moitié XVe s. Jean de Stavelot ds GDF.; 2. a) XIIIe s. « agréer, recevoir qqn qq. part comme ayant qualité pour y entrer » (Serm. poit., 198 ds T.-L. : la poestez... de vos admettre en la gloire daus ceaus), d'où p. ext. b) 1637 « (ici en parlant d'un inanimé) comporter, souffrir » (CORN., ... Cid, I, 8 ds LITTRÉ : Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur); c) 1644 admettre qqc. à « permettre à qqc. de » (ROTROU, Bélis., V, 5, ibid. : Admettez l'innocence à réprimer l'outrage); 3. p. anal. 1680 « considérer (qqc.) comme recevable, vrai (sur le plan intellectuel) » ds RICH. t. 1 s.v. :on n'admet que deux principes des êtres naturels, la matière et la forme).
Empr. du lat. admittere attesté au sens 2 a dep. PLAUTE, Asin., 236 ds TLL s.v., 749, 46 : nec quemquam interea alium admittat... quam me ad se virum; au sens 2 c chez QUINT., Declamationes, 315, p. 240, 4, ibid., 755, 1 : natura ipsa videbatur admittere, ut in eadem acie pater fortiter faceret, filius desereret. Le sens 1 n'est pas attesté en lat. : il représente prob. un emploi fig. de « charger, mettre sur » (cf. le syntagme fréq. et synon. metre sus a qqn).
STAT. — Fréq. abs. litt. :5 451. Fréq. rel. litt. : XIXe s. : a) 6 118, b) 7 620; XXe s. : a) 7 456, b) 9 393.
BBG. — BAILLY (R.) 1969. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — BONNAIRE 1835. — BRUANT 1901. — CAPUT 1969. — DEM. 1802. — DUP. 1961. — Éd. 1913. — FÉR. 1768. — Gramm. t. 1 1789. — GUIZOT 1864. — HANSE 1949. — KOLD. 1902. — LAF. 1878. — LAL. 1968. — LAV. Diffic. 1846. — SOMMER 1882. — Synon. 1818. — THOMAS 1956.

admettre [admɛtʀ] v. tr. [CONJUG. mettre.]
ÉTYM. XVe; amettre, XIIIe, sens divers en anc. franç.; du lat. admittere, de ad, et mittere.
1 a Recevoir (qqn), laisser entrer, permettre à (qqn) d'accéder quelque part, d'être avec (d'autres), de faire partie d'un groupe. Accueillir, agréer, introduire, recevoir. || Admettre qqn chez soi, à sa table, dans une société. || Admettre un fidèle à la communion de l'Église.(Passif et p. p.). || Il a été difficilement admis chez son directeur. || Le public est admis dans les salles à partir de neuf heures. || N'allez pas chez lui sans prévenir : vous n'y serez pas admis.(Sans compl. de « lieu »). || Être admis, reçu, et, fig., accepté, bien accueilli.
1 Le voilà donc admis, soulagé, bien reçu.
La Fontaine, Fables, IV, 12.
2 (…) je ne crains point le blâme
D'avoir admis chez vous un profane, Madame (…)
Molière, les Femmes savantes, III, 3.
3 Dans aucun parti on ne fait difficulté d'admettre un voleur, s'il a du gosier et de l'estomac (…)
M. Barrès, Leurs figures, p. 19.
Admettre qqn, un candidat à un examen, un concours, lui conférer un grade, un titre, le déclarer apte à exercer certaines fonctions (souvent : d'enseignement ou d'administration). || Il a été admis troisième à l'agrégation d'histoire.Être admis, reçu.
Fig. || Admettre qqn parmi ses amis, dans sa famille.
4 (Cet homme) ils l'admettent dans leur familiarité.
La Bruyère, les Caractères, XIII, 6.
Admettre qqn à… (et inf.), l'autoriser à…
b Par ext. || Admettre un pays dans une fédération, une association d'États, dans le Marché commun.
2 Dr. || Admettre qqn à… : permettre à (qqn) de… || Admettre qqn à se justifier, l'admettre à ses preuves justificatives, à prouver, etc.Admin. || Admettre qqn à faire valoir ses droits à la retraite.
3 Considérer (qqch.) comme acceptable par l'esprit (par un jugement de réalité ou de valeur). || Admettre une requête. || Admettre les raisons, les excuses de qqn ( Excuser, pardonner).Au p. p. || C'est une chose communément admise.
5 Il avait su faire admettre par l'université, non seulement ses cours (…)
Martin du Gard, les Thibault, V, 10.
Tenir pour valable, recevable.
6 (…) comme il n'avait plus rien à perdre, il admettait tous les moyens (…)
Balzac, les Petits Bourgeois, Pl., t. VII, p. 127.
Accepter en tant que croyance. || « Lorsqu'on admet l'incarnation (…) » (Chateaubriand). || Admettre un dogme, un mystère. || Admettre ou refuser, ou rejeter qqch.
Spécialt. Accepter à titre de simple hypothèse qu'on retient provisoirement. Supposer. || Admettre qqch., une idée.Admettre que…, et indicatif (J'admets que tu as raison) ou subjonctif (J'admets que tu aies raison). || En admettant que…, et subjonctif.
7 Les grands croient être seuls parfaits, n'admettent qu'à peine dans les autres hommes la droiture d'esprit, l'habileté, la délicatesse.
La Bruyère, les Caractères, IX, 19.
8 Il admet à priori que tu te trompes.
A. Maurois, Bernard Quesnay, IX, 60.
9 D'abord cela est contestable. En admettant que cela soit vrai « en gros » (…)
A. Maurois, Études littéraires, I, p. 36.
Admettre qqch. comme vrai, comme possible, comme vraisemblable… || « Il faut admettre tout comme possible, mais il faut tout vérifier » (Claude Bernard).
4 Reconnaître ou consentir à reconnaître pour vrai, véritable. || C'est vrai, il est vrai, je l'admets, je vous l'accorde… || Admettre un raisonnement. || Admettre que… || Il est communément admis que… Accepter, accorder, avouer, concéder, consentir, reconnaître.Admettre le bien fondé de qqch. Adopter, approuver, souscrire (à).
10 Par là, votre personne auguste
N'admettra jamais rien en soi
De ridicule ni d'injuste.
La Fontaine, Fables, XI, 5.
11 Que rien ne soit admis qui ne soit humainement vérifiable. N'acceptons que le visible et le tangible.
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, p. 67.
12 C'est lui (le lecteur) dont le sentiment admettra ou rejettera certains faits, décidera ce qui est histoire et ce qui ne l'est point.
Valéry, Regards sur le monde actuel, p. 16.
13 Tous les peuples primitifs ont admis que le fou est habité par un démon.
A. Maurois, les Silences du colonel Bramble, XIX.
Pop. (construit avec à) :
13.1 Bien sûr, vous me direz, le pouvoir d'achat des masses se trouve diminué. Ce que j'ai donné aux ouvriers d'un côté, je leur enlève de l'autre. Bon. Je vous l'admets.
M. Aymé, Travelingue, p. 255.
5 (Surtout en phrase négative). a Accepter, permettre. || Il n'admet pas la discussion, la contradiction. Tolérer. || Ne pas admettre que… (et subjonctif).
14 Il s'irritait peu à peu contre la comtesse, n'admettait point qu'elle osât le soupçonner d'une pareille vilenie (…)
Maupassant, Fort comme la mort, p. 245.
15 Je n'admets pas que rien me nuise; je veux que tout me serve au contraire. J'entends tourner tout à profit.
Gide, Journal, 24 mars 1906.
16 Quand j'ordonne d'urgence un traitement que je juge opportun, je n'admets pas qu'on le discute.
Martin du Gard, les Thibault, VII, 61.
b (Sujet n. de chose). Autoriser, permettre. Souffrir, supporter. || Sur un ton qui n'admettait pas de réplique. || Cette affaire n'admet aucun retard.
17 Ce haut rang n'admet point un homme sans honneur.
Corneille, le Cid, I, 4.
18 L'hymen chez les Romains n'admet qu'une Romaine.
Racine, Bérénice, I, 5.
c Inclure; être apte à recevoir, à comprendre, à contenir.(Sujet n. de chose). || Cette règle n'admet aucune exception. Souffrir. || Ce texte admet plusieurs interprétations. Comporter.(Sujet n. de personne). || Admettre une idée, une image, un sentiment (en soi).
19 Ainsi, à chacun des moments de sa durée, le nom de Guermantes, considéré comme un ensemble de tous les noms qu'il admettait en lui (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XV, p. 136.
6 Dr. Déclarer recevable en justice. || La chambre a admis le pourvoi.
20 L'acte de confirmation ou ratification d'une obligation contre laquelle la loi admet l'action en nullité ou en rescision, n'est valable que lorsqu'on y trouve la substance de cette obligation, la mention du motif de l'action en rescision, et l'intention de réparer le vice sur lequel cette action est fondée.
Code civil, art. 1338.
7 (XIXe). Laisser entrer, pouvoir contenir.Surtout au passif. || Les gaz sont admis dans le cylindre.
——————
s'admettre v. pron.
(Passif). || C'est une chose qui ne s'admet pas aisément.
(Récipr.). || Il faut s'admettre l'un l'autre.
——————
admis, ise p. p. adj.
1 (Personnes). → ci-dessus, 1.N. || Les admis et les refusés.
2 (Choses abstraites). || Axiomes, principes admis. || Idée généralement admise. || Principe connu et admis. || Emploi admis d'un mot, construction admise, permise, considérée comme correcte.
CONTR. Chasser, éconduire, éliminer, exclure, expulser, recaler (fam.), refouler, refuser, rejeter, renvoyer, repousser. — Contester, discuter, douter, nier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • admettre — ADMETTRE. v. a. (Il se conjugue comme Mettre.) Recevoir à la participation de quelque avantage. Admettre quelqu un dans une Société, dans une Compagnie, à sa table. Admettre quelqu un au rang, au nombre de ses amis. Admettre aux Ordres sacrés.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • admettre — Admettre. v. act. Recevoir à la participation de quelque avantage. Admettre quelqu un dans une societé, dans une Compagnie, admettre quelqu un au rang, au nombre de ses amis. il a esté admis au Barreau. admettre aux Ordres sacrez. admettre à la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • admettre — Admettre, Admittere. Admis, Admissus …   Thresor de la langue françoyse

  • admettre — (a dmè tr . Se conjugue comme mettre) 1°   V. a. Laisser entrer, recevoir. Admettre dans sa maison. J entends qu on n admette personne chez moi. Il ne m admit pas en sa présence. Refuser d admettre un suppliant. On l admit à l audience du pape.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ADMETTRE — v. a. (Il se conjugue comme Mettre. ) Recevoir une personne à la participation de quelque avantage. Admettre quelqu un dans une société, dans une compagnie, à sa table. Admettre quelqu un au rang, au nombre de ses amis. Admettre aux ordres sacrés …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ADMETTRE — v. tr. Recevoir par choix, faveur ou condescendance. Admettre aux ordres sacrés. Admettre quelqu’un dans une société, dans une compagnie, à sa table. Admettre quelqu’un au nombre de ses amis. Admettre à la communion de l’église. Admettre à la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • admettre — vt. ADMÈTRE (Albanais.001, Montagny Bozel, Villards Thônes). A1) expr., il ne veut pas admettre admettre // reconnaître // accepter // se résigner // se rendre à l évidence admettre de (+inf.) : é vu pâ k é sai dè dè <ne pas vouloir que ça… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Admettre — III гр., (avoir) P.p.: admis 1) Допускать, принимать (куда либо) 2) Допускать, признавать Présent de l indicatif j admets tu admets il admet nous admettons vous admettez ils admett …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • ettre — admettre carte lettre commettre compromettre contre lettre décommettre démettre entremettre gendelettre lettre mandat lettre mettre omettre permettre promettre pèse lettre remettre retransmettre réadmettre soumettre transmettre émettre …   Dictionnaire des rimes

  • reconnaître — [ r(ə)kɔnɛtr ] v. tr. <conjug. : 57> • reconnoistre 980; lat. recognoscere « reconnaître; inspecter; examiner » I ♦ Saisir (un objet) par la pensée, en reliant entre elles des images, des perceptions; identifier par la mémoire, le jugement… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.